Centre Scanner de Nemours/Centre d'Imagerie Médicale Franklin Roosevelt AVON : 01 60 72 34 80 / 01 64 22 07 07
Centre de radiologie et de scanner privé de Fontainebleau/GIE - IRM de Fontainebleau - Nemours : 01 64 22 28 87

Il s'agit d'une technique de tomographie qui permet l'acquisition d'un volume mammaire en coupe fine et d'éliminer ainsi les superpositions des tissus, qui représentent une des limites de la mammographie conventionnelle en cas seins denses Birads 3 et 4 difficiles à analyser.

Elle permet de mieux caractériser les zones douteuses, en particulier pour les images subtiles de masses et de ruptures architecturales.

Fiches informations:

fiche mammographie

fiche info sur les rayonnements ionisants

 

L’analyse coupe par coupe de la tomosynthèse élimine certaines fausses images dites « construites » par superposition d’un volume sur un plan et confirme l'impression de bénignité.

Dans le cas d'une mammographie suspecte, BIRADS 4 et 5, même lorsque les lésions sont visibles en 2D, l'analyse par tomosynthèse permet dans certains cas de détecter des lésions supplémentaires, de donner une meilleure visibilité des limites radiologiques et une détermination plus précise de la taille réelle de la lésion, ce qui représente un élément essentiel au bilan pré-thérapeutique et biopsiques. 
La détection et la caractérisation des microcalcifications entomosynthèse restent une limite pour les microcalcifications très finesL’examen de référence dans ce cas étant l’agrandissement géométrique en 2D.

Une étude récente publiée dans la revue Radiology, le 05 JUIN 2018 ,

https://pubs.rsna.org/doi/10.1148/radiol.2018172119

montre que la combinaison de la mammographie numérique et de la tomosynthèse détecte 90% de cancers du sein de plus que la mammographie numérique seule.

Si cette technique n'est pas validée en dépistage en France (Février 2011, approbation FDA pour l'utilisation en clinique pour le diagnostic et le dépistage des cancers du sein), des publications récentes semblent confirmer un gain en termes de cancer dépistés et une diminution des faux positifs et des re-convocations avec une amélioration de la sensibilité entre 10 et 20%.

Par ailleurs cette technique permet d'éviter certaines incidences complémentaires (profil et compressions localisées).

Actuellement, comportant une mammographie et une tomosynthèse, avec des doses équivalentes, revient environ à doubler la dose. Cette dose globale restant par ailleurs en dessous des seuils admissibles.

L'étude « Comparison of Digital Mammography Alone and Digital Mammographyplus Tomosynthesis in a Population-based Screening Program » (Comparaison du seul recours à la mammographie numérique par rapport à son utilisation en association avec une tomosynthèse, dans le cadre d'un programme de dépistage basé sur une population) était dirigée par le Dr Per Skaane, M.D., Ph.D., de l'hôpital universitaire Ullevaal à Oslo. L'étude était basée sur 12 631 examens de dépistage effectués dans un grand hôpital norvégien.

Comparison of Digital Mammography Alone and Digital Mammography PlusTomosynthesis in a Population-based Screening Program

Per Skaane, MD, PhD, Andriy I. Bandos, PhD, Randi Gullien, RT, Ellen B.Eben, MD, Ulrika Ekseth, MD, Unni Haakenaasen, MD, Mina Izadi, MD,Ingvild N. Jebsen, MD, Gunnar Jahr, MD, Mona Krager, MD, Loren T.Niklason, PhD, Solveig Hofvind, PhD and David Gur, ScD

From the Department of Radiology, Breast Imaging Center, Oslo University Hospital Ullevaal, University of Oslo, Kirkeveien 166, N-0407 Oslo,Norway (P.S.);Departments of Biostatistics (A.I.B.) and Radiology (D.G.), University of Pittsburgh, Pittsburgh, Pa; Department of Radiology, OsloUniversity Hospital, Oslo, Norway(R.G., E.B.E., U.H., M.I., I.N.J., G.J., M.K.); Curato Roentgen Institute, Oslo, Norway(U.E.); Hologic, Bedford, Mass (L.T.N.); and Institute of Population-based CancerResearch, The Cancer Registry, Oslo, Norway (S.H.).

Les chercheurs ont associé la technologie de mammographie en 3D d'Hologic tomosynthèse à une mammographie 2D et ont obtenu une augmentation considérable des taux de détection du cancer, en particulier pour les cancers invasifs, ainsi qu'une réduction simultanée des taux de faux positifs, comparée à la seule mammographie en 2D. Parmi les résultats significatifs, citons :

- une augmentation de 40 % de la détection des cancers du sein invasifs.

- une augmentation de 27 % de la détection de tous les cancers (à la fois les cancers invasifs et in-situ).

- une diminution de 15 % des taux de faux positifs.

Les auteurs ont indiqué que l'augmentation des taux de détection du cancer concernait toutes les densités de tissus mammaires, de dense à adipeux. Cette augmentation ne concernait cependant pas la détection du carcinome canalaire in situ (CCIS) qui est non invasif et que les détracteurs du dépistage par mammographie considèrent comme étant potentiellement une source de sur diagnostic.

Compte tenu de l'importante augmentation de la détection des cancers invasifs plutôt que des cancers in situ, les auteurs de l'étude estiment : « notre observation sans doute la plus importante est que dans la cohorte mammographie plustomosynthèse, l'avantage réel, en matière d'amélioration potentielle des résultats à cause d'une détection précoce, va peut-être au-delà de la seule différence dans le nombre total de cancers détectés. »

L'utilisation clinique de la mammographie en 3D pour le dépistage et le diagnostic du cancer du sein a été autorisée aux États-Unis en février 2011. Cette technologie est disponible depuis 2008 dans les pays reconnaissant la marque CE. La technologie de mammographie en 3D est utilisée dans 47 états et 30 pays en dehors des États-Unis. À la différence du dépistage avec une mammographie numérique en 2D produisant une seule image radiologique du sein, la mammographie en 3D produit de multiples images à faible dose à partir de plusieurs angles de vue autour du sein. Les images sont ensuite utilisées afin de produire une reconstruction en 3D du sein (tomosynthèse).

Basés à Oslo, le Dr Per Skaane et son équipe sont connus pour leurs recherches déterminantes. Leurs essais Oslo I et Oslo II étaient des études décisives de comparaison de la mammographie numérique en 2D par rapport à la mammographie analogique, dans la détection et le dépistage du cancer du sein.

http://radiology.rsna.org/content/early/2013/01/01/radiol.12121373.abstract

VIDEOS:

http://youtu.be/w80H7b848io

http://youtu.be/lSaj4Vpqii0

http://youtu.be/tOqR8v3j9Qk

http://youtu.be/Zw-IVz55iEY

http://youtu.be/1fHvjNPCH4c

  • Vues: 1411

Popup covid-19

Informations Covid-19

 

En raison des évenements actuels liés à la pandémie du au Covid-19, et de leurs évolutions, seul

le centre de RADIOLOGIE

4, rue AM Javouhey 77300 FONTAINEBLEAU reste ouvert uniquement pour les urgences justifiées.

 

Tous les autres examens sont à programmer ultérieurement.

plus d'informations sur ce thème ici:

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

 

Des articles à visées professionnelles sur différents domaine de l'imagerie médicale.